LADY JEANNE

La disparition de Jeanne Moreau, le 31 juillet, à l’âge de 89 ans, suscite une vague d’hommages. C’était un minimum tant la femme et l’actrice ont marqué notre époque.

Jeanne Moreau, c’était :

Une voix. Sa tessiture grave a fasciné des générations de spectateur, tant Jeanne Moreau savait l’utiliser pour distiller une vraie sensualité en 65 ans de carrière sur les grands écrans. Une voix qu’elle avait aussi mis au service des chansons, sur des textes de Rezvani comme sur ceux de Norge, le poète belge. On se souvient encore du moment de grâce au Festival de Cannes  en 1995 quand elle rejoignit Vanessa Paradis venue interpréter « son » tube : Le Tourbillon de la vie.

Une comédienne audacieuse. Difficile de dire le nombre de fois où Jeanne Moreau a pris des risques dans ses choix. Que ce soit dans Jules et Jim, de François Truffaut, subtile évocation du ménage à trois que dans Eva, de Joseph Losey, La Nuit, de Michelangelo Antonioni ou encore Ascenseur pour l’échafaud, de Louis Malle, sans parler des Valseuses, de Bertrand Blier, dont la puissance contestataire demeure toujours. César de la meilleure actrice en 1992 pour La vieille qui marchait dans la mer, réalisé par Laurent Heynemann, lauréate du Prix d’interprétation féminine 1960 à Cannes pour Moderato Cantabile, de Peter Brook, Jeanne Moreau avait eu un privilège accordé à un talent tel que le sien : elle fut la seule comédienne à avoir présidée deux fois le jury du Festival, en 1975 et 1995. On pourrait encore parler des  films qu’elle tourna auprès d’un monstre sacré du cinéma : Orson Welles. Elle racontait que le cinéaste, devenu un ami, l’avait « payée avec une valise pleine de couverts en argent » qui étaient en réalité en vermeil.

Une femme de son temps. Plus qu’engagée, Jeanne Moreau fut concernée par son époque. Si elle fit partie des signataires du « Manifeste des 343 », paru dans Le Nouvel Observateur le 5 avril 1971 pour défendre la légalisation de l’avortement, Jeanne Moreau n’a jamais fait mystère de ses engagements à gauche. Lors de la dernière Présidentielle, elle avait fait partie des signataires des artistes demandant de faire barrage à Marine Le Pen. Dans le texte publié dans la presse, on pouvait notamment lire : « L’art comme fruit de ces libertés et des moyens qui lui sont offerts en France, c’est cela que le monde entier nous envie. Marine Le Pen présidente y mettrait un point d’arrêt. »

Une femme libre. Alors que la presse people ne faisait pas encore les ravages que l’on connaît daujourd’hui, Jeanne Moreau a su toujours mener sa vie privée en toute liberté. Et elle se plaisait à souligner  : « J’ai séduit beaucoup d’hommes. J’ai toujours été vers des hommes qui avaient du talent. Je n’ai pas eu des amants pour avoir des amants. »

Juste avant de fêter ses 80 ans, Jeanne Moreau évoquait un métier qui rimait avec passion. Elle avait notamment dit : « On dit toujours qu’en vieillissant les gens deviennent plus renfermés sur eux-mêmes, plus durs. Moi, plus le temps passe, plus ma peau devient fine, fine… Je ressens tout, je vois tout »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s