QUAND LA CÔTE D’IVOIRE A BASCULÉ

  BAYIRI, de S. Pierre Yameogo – 1h30

Avec Tina Ouedraogo, Bil Aka Kora, Blandine Yameogo

Sortie : mercredi 14 juin 2017

Je vote : 3 sur 5

Le pitch ?

Des rebelles tentent un coup d’Etat, la Côte d’Ivoire bascule dans le chaos. Un village Ivoirien où vivent essentiellement des Burkinabés est attaqué. Les émigrés sont chassés du pays et jetés sur les routes. C’est le début d’un long exil. Durant l’exode, Biba est séparée de sa mère…

Et alors ?

Mêlant fiction et réalité, Bayiri décrit ici la descente aux enfers d’un village ivoirien essentiellement peuplé de planteurs burkinabés, contraints par la guerre d’emprunter les chemins de l’exil.  Avec de longs plans et dans une mise en scène somme toute assez classique, le cinéaste décrit la misère d’un camp de déplacés où se côtoient la solitude,  la maladie et la mort. Et il montre sans fard les viols et autres violences subis par ces populations déplacées.

Pour son septième long métrage, S. Pierre Yaméogo se place du côté des populations qui subissent les ravages de telles crises politiques. Il dit : « Je ne peux ignorer les 99 % de la population qui souffre”. Basé sur l’opération Bayiri (mère patrie) – nom donné au rapatriement volontaire de Burkinabés fuyant les exactions en Côte d’Ivoire en 2002 – le scénario évoque des faits bien réels.

Enfin, la musique originale de Rémi Dapere, Ludwig Gorhan et Bil Aka Kora, présente au générique et  reprise sur les plans larges et en plongée sur les scènes d’exode ou dans le camp de réfugiés, apporte un contrepoint intéressant à ce drame oublié de l’Afrique. Avec aussi la question malheureusement « classique » de ces femmes qui subissent les violences des mâles guerriers comme le note le réalisateur fort justement : « Il faut qu’on se pose la question des enfants issus des viols, des femmes à qui leurs violeurs ont transmis le sida et qui sont abandonnées. »

Pas vraiment soutenu par les diffuseurs en Afrique, ce film mérite d’être vu pour provoquer une certaine prise de conscience.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s