SCARLETT JOHANSSON EN PLEIN MANGA

Avec Ghost in the Shell, Scarlett Johansson campe une héroïne cyborg dans l’adaptation cinématographique du célèbre manga, signée Rupert Sanders. Sur les écrans le 29 mars.

Accrochez vos ceintures ! Ghost in the Shell débarque sur grand écran. Le pitch ? Dans un futur proche, le Major est unique en son genre: humaine sauvée d’un terrible accident, son corps aux capacités cybernétiques lui permet de lutter contre les plus dangereux criminels. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits, le Major est la seule à pouvoir la combattre. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti : sa vie n’a pas été sauvée, on la lui a volée. Rien ne l’arrêtera pour comprendre son passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d’autres. L’adaptation du célèbre manga de Masamune Shirow (il fut créé en 1989) ne date pas d’hier : début 2008, Dreamworks, la société de Steven Spielberg achète les droits de la saga et le cinéaste met en route le chantier de l’adaptation. Le projet est mis ensuite en sourdine pour ne surgir à nouveau en 2014 avec Rupert Sanders aux manettes.

Avec dans le rôle principal, une des actrices la plus bankable d’Hollywood, Scarlett Johansson. Ce qui a déclenché une polémique car elle campe une héroïne asiatique, le Major Motoko Kusanagi. Réponse du réalisateur : « Pour moi, c’est la meilleure actrice de sa génération. J’ai été flatté, honoré qu’elle accepte de jouer dans ce film. Beaucoup l’ont également défendue avec véhémence. Elle est incroyable (…) Pour moi, il y a peu d’actrices avec une expérience de 20 ans avec l’esthétique cyberpunk en elle. Elle a fait tellement de films pointus, de « Lost in Translation » à « Under the Skin ».  Elle a une carrière incroyable. Elle a l’attitude, elle a cette dureté nécessaire pour le rôle du Major (…) Elle a réussi à donner les nuances nécessaires à son personnage. »

L’actrice avoue, elle, qu’elle ne connaissait rien au célèbre manga mais, elle a été ravie de croiser le chemin de Takeshi Kitano. « J’admire son charisme, son esprit et son humour, dit-elle. Il parle très mal l’anglais et je suis incapable d’aligner trois mots en japonais. J’ai compris grâce à  lui que la communication n’a rien à voir avec le langage. On se comprenait rien qu’en se regardant, nos âmes étaient connectées. »  Quant à replonger dans un film d’actions musclées, cela n’a pas dérangé outre mesure l’actrice qui dit au Journal du dimanche « On me voit plus souvent me battre qu’enfiler une robe sexy. Ça m’épuise ! Mais, je suis disciplinée et capable d’effectuer toutes ces cascades. J’ai de l’entraînement : je cours après ma fille à longueur de journée… »

Pour Rupert Sanders, il fallait  absolument faire vivre  un univers futuriste multi-culturel et multi-ethnique. Ce qui l’a conduit à choisir des acteurs venus des quatre coins du monde, du Japon à la Nouvelle-Zélande, de l’Australie à la France, de l’Angleterre aux États-Unis, du Canada au Zimbabwe, sans oublier le Danemark, Singapour, la Pologne… A signaler enfin dans ce casting remarqué, la présence de Juliette Binoche qui campe le docteur Ouelet, éminent scientifique de Hanka Corporation et créateur du Major. La comédienne avoue : « La science-fiction n’est pas mon truc, mais mes enfants m’ont incitée à faire le film. Quand j’ai lu le scénario la première fois, je n’ai rien compris, parce qu’il s’agit d’un monde imbriqué dans un autre. C’est comme quand on lit Shakespeare pour la première fois : on n’y comprend rien. Mais quand on apprend certains mots et certaines références, cela devient drôle et exaltant ».

 

 

 

 

 

Les amateurs du manga savent donc ce qu’ils ont à faire… Pour les autres, une solution si l’on veut s’initier à cet univers futuriste : plonger dans la bande dessinée originale publiée aux Editions Glénat, en trois volumes. Une trilogie hier popularisée par le film d’animation de Mamoru Oshii.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s