NICOLAS BEDOS JOUE LA COMÉDIE DU COUPLE

004447Avec sa compagne Doria Tillier, Nicolas Bedos passe derrière la caméra (et devant aussi) pour signer une comédie douce amère, Monsieur & Madame Adelman, qui sort sur grand écran  le 8 mars.

Humour caustique et regard sur le temps qui passe : en tournant son premier film en tant que réalisateur, Monsieur & Madame Adelman, Nicolas Bedos s’est inspiré des improvisations faites avec Doria Tillier, sa compagne,  pour exorciser leurs angoisses concernant l’avenir, la famille, la vieillesse, l’infidélité. Explications du réalisateur :  « Un soir, Doria m’a dit qu’elle avait noté certaines de nos impros et que, selon elle, ça pouvait servir de base à l’écriture d’un film. On est partis de là, puis, très vite, on s’en est éloignés. On a tenté de constituer une sorte de matériau sociologique sur le couple – en notant des constantes chez nos amis, nos parents. Comme souvent, le film tire une ligne entre des problématiques personnelles, des fantasmes qui nous sont propres, et des considérations plus universelles. Étrangement, bien que le film s’étale sur quarante-cinq ans, la structure s’est imposée très vite et très naturellement. »

Certains trouveront dans le scénario et l’histoire de ce couple de nombreux signes autobiographiques mais ce n’est point une autofiction même si la satire d’une certaine gauche dite « caviar » n’a pas demandé beaucoup d’efforts d’imagination à Nicolas Bedos qui tempère pourtant : « Mais le seul élément autobiographique fondamental, c’est sans doute cette tendance qu’ont Sarah et Victor à théâtraliser leur vie. Cette névrose ne nous est pas étrangère. »

L’une des principales originalités – et difficultés – du film, c’est le choix de faire vieillir les personnages sur la durée de l’histoire (il commence par la mort de Victor Adelman, écrivain académicien)  et Nicolas Bedos a expérimenté de nouveaux moyens de prothèse faisant, à ses yeux, plus vrais. Avec Guillaume Castagné,  spécialiste des effets spéciaux, ils ont donc essayé d’autres  méthodes de pose et des matières de prothèses différentes. La transformation physique des comédiens durait chaque jour sept heures pour elle et six pour lui. Et Bedos de se souvenir  :  « Les prothèses étaient lourdes, les produits de maquillage irritants, surtout les enduits pour les mains, qui me desquamaient la peau. »

Les amateurs d’un Bedos caustique et irritant le suivront-ils dans ces nouvelles aventures et ce film d’amour qui offre plusieurs facettes ? Le verdict ne va pas tarder…

253970

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s