JEFF NICHOLS FUSTIGE LA SÉGRÉGATION

L_06889.NEF

LOVING, de Jeff Nichols – 2h03

Avec Joel Edgerton, Ruth Negga, Marton Csokas

Sortie : mercredi 15 février 2017

Je vote : 3 sur 5

Le pitch ?

LV_Clip.0000037.tif

Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice. Le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à une condition : qu’il quitte l’État !  Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Un combat qui les conduira jusqu’à la Cour Suprême :  en 1967, celle-ci casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine.

2 raisons d’y aller ?

LV_Clip.0000168.tif

Une  plongée dans l’absurdité de l’Amérique ségrégationniste. On l’a presque oublié mais aux Etats-Unis en Virginie en 1958, c’est à dire avant-hier, l’état continuait à pratiquer la ségrégation entre Blancs et « gens de couleur ». Car la loi interdisait le mélange et donc le mariage. Si bien des hommes blancs choisissaient le concubinage, Richard Loving décidé lui de passer la bague au doigt de Mildred. C’est le début de leurs ennuis comme le montre très fidèlement le film. Comme il décrit tout leur combat avec un grand sens du réalisme. La chance a voulu que bien des bâtiments publics soient encore en états et pouvaient donc être filmés tels quels : « Je ne m’attendais pas à ce que le tribunal soit toujours en fonctionnement et à ce que la prison où Mildred et Richard ont été incarcérés soit toujours là. C’était extraordinaire de tourner dans les rues mêmes que l’on voit sur les photos et les images d’archives des Loving« , dit le cinéaste.

Un casting solide. Incontestablement, Joel Edgerton parvient à jouer avec une belle retenue Richard Loving qui fait passer bien des émotions avec une grande économie de gestes. Commentaires de Jeff Nichols : « Joel est assez grand et on lui avait quasi entièrement rasé le crâne pour les besoins du film. Je me suis dit qu’il ressemblait plutôt à Richard Loving… Mais ce qui m’intéresse vraiment dans le jeu de Joel, c’est qu’il est capable d’éprouver les émotions qu’il exprime sur son visage, relève le réalisateur. C’était essentiel pour Loving car Richard est un taiseux qui intériorise ses sentiments. Joel a su manifester ces émotions dans son attitude et dans sa posture ». Bonne pioche aussi du côté de Ruth Negga, qui pourtant au départ avait peu de ressemblances physiques avec Mildred. Pourtant, quand la directrice du casting, Francine Maisler l’a fait croiser Jeff Nichols, celui-ci a tout de suite été convaincu. « Quand Ruth Negga est arrivée, je me suis tout de suite aperçu qu’elle était plus menue, mais plus trapue que Mildred Loving surnommée «Brindille». J’étais un peu sceptique… Mais Ruth s’est attaquée à une scène et elle était extraordinaire ! Elle a réussi à exprimer tout ce que nous savions sur Mildred grâce au documentaire. Ce n’était en aucun cas une imitation. Avec Sarah, on s’est dit: « Elle est l’incarnation de Mildred» »

Alors certes, le film est parfois un mélodrame qui s’écoule un peu trop lentement  et certaines séquences sont parfois prévisibles, mais la mise en scène carrée et classique permet de mesurer l’inacceptable d’une situation humainement immonde. Et décrit le parcours de héros bien ordinaires et qui auraient bien préféré rester dans l’anonymat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s