LA COMÉDIE DU BONHEUR

LA LA LAND, de Damien Chazelle – 2h08

Avec Emma Stone, Ryan Hosling, J.K. Simmons

Sortie : mercredi 25 janvier 2017

Je vote : 3 sur 5

523291Le pitch ?

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions.  De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance.  Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

Pourquoi tout le monde en parle ?

338908Après le remarqué Whiplash, Damien Chazelle a passé la vitesse supérieure avec cette comédie musicale. Saluée à la Mostra de Venise, suivie du prix d’interprétation pour Emma Stone, La La Land a fait un tabac à Toronto avant de remporter sept trophées aux récents Golden Globes (notamment ceux de meilleur acteur dans une comédie pour les deux principaux acteurs). Et les Oscars ne sont pas loin, donc tous les espoirs sont permis à l’équipe du film…

Avec un certain courage, voire une inconscience tout aussi certaine, Damien Chazelle se risque ici sur le territoire périlleux – et bourré de références – de la comédie musicale chère à Jacques Demy. En prime, La La Land raconte le rude chemin que ces deux aspirants artistes doivent faire pour rencontrer la gloire. Au risque d’y sacrifier leur amour. Fan des comédies musicales depuis la fin de l’adolescence,  Damien Chazelle a longtemps rêvé de passer à l’acte. Il raconte : « Mon film de fin d’études (Guy and Madeline on a park bench) n’était qu’une esquisse de ce que j’avais vraiment envie de faire dans le genre.  Du coup, j’ai continué à écrire des scénarios jusqu’à ce que je trouve une idée pour une comédie musicale de plus grande envergure qui obéisse aux mêmes codes – un film musical qui parle de la vraie vie mais qui soit fidèle aux œuvres spectaculaires du genre, tournées en Cinemascope et en Technicolor dans les années 50″.

336408Chorégraphies soignées et fort bien filmées; chansons qui restent en mémoire, et comédiens qui ne sont jamais à côté du tempo : ce La La Land tient bien des  promesses. Si l’auteur n’échappe pas à toutes les mièvreries, souvent présentes dans le genre, il montre aussi l’envers du décor et le chemin de croix pour qui veut faire carrière artistique à Los Angeles. Et même si la scène d’audition de Mia n’a rien de très originale.

In fine, on est bluffé par le jeu d’un Ryan Gosling, rangé des voitures et des rôles mutiques et qui fait montrer d’un vrai abattage et d’une passion pour le jazz des plus  communicatives. Il a d’ailleurs bluffé son monde en se mettant, pour le rôle, derrière un piano pour s’imprégner de toutes les plages musicales. Le comédien raconte : « J’ai joué certains morceaux pour piano quatre heures par jour pendant trois mois, si bien qu’en théorie je pourrais ne plus jamais avoir envie de les entendre. Mais à chaque fois que je les entends, je suis ému, et je trouve qu’ils sont magnifiques ».

Quant à Emma Stone, elle n’a pas aussi ménagé ses efforts pour être crédible à l’image.  « C’était dément parce que, même si j’avais déjà suivi des cours de danse, j’ai dû apprendre les claquettes, le rythme du jazz et la danse de salon », souligne l’actrice. qui n’avait pas pour autant le désir de danser à la perfection. Et pour cause ! Et elle ajoute :  « Nos personnages sont deux apprentis artistes, si bien qu’on n’est pas censés être des danseurs et des chanteurs accomplis », dit-elle. « D’ailleurs, Damien tenait à ce que nos rapports soient vivants et bruts d’une certaine façon, même si on participe à d’extraordinaires scènes de chorégraphie. Du coup, on était presque encouragés à commettre des erreurs ».

523760

Bénéficiant d’une très belle photographie, le film est aussi construit sur bien des défis techniques : tourné en 35 mm anamorphique, il repose sur des images très anamorphosées, pour lui donner le cachet des vieilles pellicules. Au final, le pari visuel est gagné haut la main. Après, on peut être plus ou moins passionné par une histoire qui fleure  les bons sentiments et la célébration d’un certain rêve américain… même si tout n’y est pas rose. Loin de là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s