LE GRAND BLEU DE CES YEUX-LÀ…

avt_michele-morgan_55891920-2016 – Michèle Morgan a donc quitté le devant de la scène. En 1977, elle avait intitulé ses Mémoires Avec ces yeux-là (Ed. Robert Laffont). Hommage en images.

« Un regard apeuré, un visage émacié : tout autour d’elle flottait je ne sais quel air de fatalité et de détresse… » : c’est en ces termes que Maurice Achard, scénariste de Gribouille, le premier film d’une jeune actrice de 17 ans, signé Marc Allégret. Comment résumer une telle actrice avec des mots ? Les images – animées ou non – sont une autre façon de se souvenir de cette beauté mystérieuse et mélancolique et de cette voix. Celle d’une grande dame qui reçut le premier Prix d’interprétation féminine du tout nouveau Festival de Cannes en 1946 pour La Symphonie pastorale, de Jean Delannoy. Action !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s