LA FILLE DE L’OPÉRA

168774BALLERINA, d’Eric Summer et Eric Warin – 1h29

Film d’animation avec les voix de Camille Cottin, Malik Bentalha, Kaycie Chase

Sortie : mercredi 14 décembre 2016

Je vote : 4 sur 5

Le pitch ?

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

167367Pourquoi aller voir ce film d’animation ?

Plusieurs années de gestation ont été nécessaires pour concevoir cette histoire qui nous promène avec grâce entre musiques celtiques et entrechats des plus classiques. En 2010, ce film d’animation s’appelait même sur le papier :  La Véritable Histoire des petits rats de l’Opéra. Il a fallu bien des réunions aux productions, novices en l’art de l’animation, pour concrétiser Ballerina. Pour donner consistance aux nombreuses scènes de danse, les auteurs ont d’abord voulu utiliser la technique de la « motion captur »e sans que le résultat ne soit vraiment concluant. L’équipe a donc opté pour celle du « keyframe » comme le raconte un des producteurs, Laurent Zeitoun. Il souligne : « On voulait davantage de sophistication, de dynamisme dans la danse et les émotions. La technique du « keyframe », c’est-à-dire de l’animation par image-clés, nous a permis d’atteindre cet objectif. Grâce à Ted Ty, notre directeur de l’animation qui a travaillé pour Disney et DreamWorks. (…) C’est ainsi qu’on a pu coller au côté « bigger than life » de l’histoire et de l’animation ».

Ce long travail préparatoire – l’établissement du story-board a été payant – n’a pas été inutile, loin de là, tant les aventures de cette gamine rousse qui part à la conquête de Paris comme à l’assaut de l’Everest, en vraie rebelle qui a fui son orphelinat irlandais pour vivre ses rêves, sont réussies. C’est tonique, bourré d’inventivité – les scènes de poursuite en moto sont rythmées et drôles – et ce film montre aussi le mépris de ceux de la Haute, dans les années 1870. Pour Camille Cottin, doubler cette jeune rebelle a été une belle surprise. Elle raconte :  : « J’ai moi aussi rêvé d’être danseuse mais je n’avais pas la technique : c’est un rôle que l’on ne m’aurait jamais proposé pour de vrai alors doubler Félicie a été une opportunité en or ».

351552Certes, le film est destiné aux enfants mais la manière de raconter le parcours de cette danseuse en herbe, aidée par une mystérieuse handicapée qui est passée du ballet au balai, n’est pas si anodine que ça et a de quoi faire aussi réfléchir un peu les adultes. Et ça, c’est très astucieux !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s