DANS LES MONTAGNES AFGHANES

WOLF AND SHEEP, de Shahrbanoo Sadat – 1h26

Avec Sediqa Rasuli, Qodrat, Amina, Sahar

Sortie : mercredi 30 novembre 2016

Je vote : 3 sur 5

Le pitch ?

wolf-and-sheep-photo7-pretty-pictures-640x427Dans les montagnes d’Afghanistan, les enfants bergers obéissent aux règles : surveiller le troupeau et ne pas fréquenter le sexe opposé. Mais l’insouciance n’est jamais loin ; alors que les garçons chahutent et s’entraînent à la fronde pour éloigner les loups, les filles fument en cachette, jouent à se marier, et se moquent de la petite Sediqa, considérée comme maudite.Les légendes que racontent leurs aînés se mêlent à la vie, et éclairent les mystères de leur monde protégé – mais jusqu’à quand ?

Ce qui touche dans  ce film ?

wolf-and-sheep-photo2-pretty-pictures-640x427Tourné au Tadjikistan, au Nord de la frontière afghane –  le paysage ressemble au centre de l’Afghanistan – le film a dû y construire tout un village et y faire venir des acteurs afghans car les maisons y sont différentes et les gens y ont un autre accent. Le scénario a été inspiré à la réalisatrice Shahrbanoo Sadat qui, enfant, avait passé sept ans dans un village isolé situé dans une région rurale de l’Afghanistan et s’y était ressentie par les villageois du fait de sa mauvaise vue, son accent différent et lde a réputation de son grand-père qui était en contact avec les morts. .Elle raconte : « Je repense aujourd’hui avec fierté à cette période difficile pour moi. Ces wolf-and-sheep-photo6-pretty-pictures-640x427années m’ont beaucoup appris sur la société afghane. À 18 ans, je suis partie à Kaboul. J’y ai étudié le cinéma et commencé à réaliser des films. Ma volonté de faire le portrait d’un Afghanistan complexe me distingue de mes compatriotes cinéastes, mais cela ne me gêne plus. Je veux débarrasser mon pays des clichés et montrer à quel point sa culture est riche au moyen d’images encore inédites. » Primée au dernier Festival de Cannes par Prix Art Cinema Award à la Quinzaine, ce film qui a des allures de doc raconte avec une belle sobriété le quotidien de ces enfants bergers. Une vie fondée sur deux règles principales : la surveillance des troupeaux qui sont menacés par un loup et l’interdiction de fréquenter le sexe opposé.Le film décrit avec beaucoup de justesse les aspirations de cette jeunesse, encore insouciante mais déjà confrontée à la vie d’adulte, leur quotidien où la violence surgit au détour d’une marche ou d’un jeu(la scène de l’enfant qui perd un œil suite à un impact de  fronde est saisissante de réalisme) , les tensions avec les anciens campés sur le poids des traditions. On est surpris par le jeu simple et efficace des enfants qui ont été choisis par la réalisatrice après un casting dans une école. « Les enfants ont du mal à jouer quand ils sont pour la première fois devant une caméra. Mais je sais qu’ils ont plus à offrir, que leur personnalité se cache derrière la timidité. Je cherchais simplement des gens qui connaissaient cette culture, parlaient la langue et accepteraient de voyager« , dit-elle.

362654Une histoire qui change des classiques récits sur l’enfance et qui est bien éclairée par Virginie Surde. Et un récit qui nous fait découvrir quelques paysages splendides de montagnes préservées du monde moderne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s