SEPT FEMMES EN GUERRE

DÉÉSSES INDIENNES EN COLÈRE, de Pan Malin, 1h44

Avec Amrit Maghera, Rajshri Deshpande, Pavleen Gujral, Anushka Manchanda

Sortie : mercredi 27 juillet 2016

Je vote : 3 sur 5

Le pitch ?

Elles sont actives, indépendantes et libres. Des femmes indiennes d’aujourd’hui. Réunies à Goa pour huit jours, elles se racontent leurs histoires d’amour, leurs doutes, leurs désirs. Jusqu’à ce qu’une nuit tragique remette tout en question…

Capture d’écran 2016-07-24 à 17.27.27

Et alors ?

A travers le portrait de ces jeunes femmes indiennes qui veulent vivre en liberté, Pan Nalin signe une histoire en forme de défense de l’émancipation de ces femmes confrontées à une société traditionnaliste. Remarqué dès son premier film  Samsara en 2001, Pan Nanlin raconte : « Tout a commencé il y a quatre – cinq ans. Je me rendais compte que le cinéma faisait des films sur l’amitié masculine, jamais sur des femmes entre elles. Je me suis mis à les observer, dans les rues, dans les transports en commun, cela devenait une obsession. Un jour, je me suis retrouvé dans un café à Kolkata, assis à côté d’une table avec un groupe de filles. Au bout de quinze minutes, elles parlaient des problèmes qu’elles avaient à résoudre, uniquement en tant que 320554femmes, et très vite, leur colère, leur émotion, étaient palpables. Je les écoutais si intensément qu’elles s’en sont rendues compte et me sont tombées dessus. J’ai essayé de leur dire que je préparais un film sur des femmes et elles m’ont ri au nez : « Jamais un homme n’aura le cran de comprendre, et encore moins de décrire, tout ce qu’on doit subir dans ce pays ! ». On a fini par discuter pendant plus d’une heure. Le film a été nourri de tout cela et de la certitude que ces femmes entre elles constituent 319617une force qui doit être montrée. »

Il est vrai, monter un tel film a été un parcours du combattant pour le cinéaste qui a bien eu du mal à trouver le financement nécessaire car, en Inde, n’avoir que des femmes au générique est synonyme d’échec commercial. Et c’est finalement Gaurav Dhingra, le patron de Jungle Book Entertainment, qui a eu le cran de financer l’aventure. IL est vrai, Déesses indiennes en colère évoque des parcours de femmes qui sont bien loin des canons féminins en usage à Bollywood et une séquence du début du film fait même une parodie fort drôle d’un tournage où les rôles dévolus aux femmes sont caricaturaux en diable.

En utilisant la belle maison comme cadre principal du film, le cinéaste montre bien comment il est très difficile en Inde de vivre d’une manière moderne et « normale » pour une femme, sans être aux prises avec des croyances venues d’un autre temps et qui peuvent conduire à une violence soudaine. Il le fait aussi en choisissant Goa comme cadre de l’histoire, un des endroits d’Inde où le tourisme occidental est le plus développé.

Ce qui est étonnant dans le film, c’est de voir comment des réunions qui nous semblent banales – un week-end entre filles, pas forcément mariées, qui boivent un verre, s’amusent, papotent – paraît presque un acte de rébellion. Cette fiction hyperréaliste ne peut que toucher le public, notamment parce que le casting est d’un parfait équilibre et les tempéraments bien campés. Les seules limites de l’exercice tiennent au retournement final qui semble, eu égard à la société indienne, pas très, très crédible.

324148

Conclusion provisoire de Pan Nalin : « Je ne donne pas de leçon, je ne suis pas professeur. Je cherche simplement à divertir et surtout à inspirer. Car lorsque vous êtes inspiré, vous êtes à même de recevoir. J’espère qu’après avoir vu le film, le public se sentira en connexion avec les femmes, en Inde et partout dans le monde. »

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s