JACQUES ROUFFIO, UN HOMME DE CONVICTIONS

436full-jacques-rouffioJacques Rouffio vient de mourir à l’âge de 87 ans. Il avait tardivement débuté derrière la caméra.

Né en août 1928 à Marseille, Jacques Rouffio  a commencé comme assistant du réalisateur Jean Delannoy. C’était en 1953 pour  le film La Route de Napoléon.  Durant cette  première partie de carrière, il a collaboré  sur  dix-sept  films aux côtés de Bernard Borderie, Henri Verneuil, Gilles Grangier ou encore Jean-Pierre Mocky . Malgré cette expérience solide et variée, Rouffio ne passera  derrière la caméra qu’à  49 ans pour L’Horizon (1967) : un film qui traite de la révolte des soldats en 1917 avec Jacques Perrin et Macha Meril dans les rôles principaux. Déjà le goût pour les sujets engagés, mais le succès n’est pas au rendez-vous.

Il lui faut patienter alors sept ans pour marquer le grand écran avec une satire médicale, inspirée du monde médical : Sept morts sur ordonnance, avec un casting solide où l’on retrouve Gérard Depardieu, Michel Piccoli, qui sera même coproducteur du film, et Charles Vanel. Le succès est au rendez-vous et son film est nominé à quatre reprises à la première cérémonie des César en 1976.


Rouffio est lancé et va confirmer ce coup de maître avec les films suivants  Violette et François et surtout Le Sucre, un films drôle et visionnaire sur le monde de la finance et les marchés boursiers et dont Rouffio a co-signé le scénario avec Georges Conchon, son complice avec lequel il avait collaboré pour Sept morts sur ordonnance. On se souviendra encore que Romy Schneider a convaincu le cinéaste  d’adapter un roman de Kessel : La Passante du Sans Souci, un drame qui commence par l’assassinat d’un ancien nazi et mêle l’avant-guerre à notre époque. L’ultime film de la comédienne. Un de ses rôles marquants.  Il faudrait encore évoquer un film comme L’Etat de grâce, en 1986 : l’histoire d’une femme de droite qui vit une passion amoureuse avec un militant socialiste, et dont action est  située la première année du premier septennat d’un certain François Mitterrand.

In fine, Jacques Rouffio est un des artisans du cinéma français qui n’a jamais hésité à brocarder les magouilles et les bassesses de tout un monde politique. Il fut aussi un réalisateur qui a su mettre à profit les talents de toute une génération de comédiens pour dynamiser ses histoires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s