PEUR AU PENDJAB

LA QUATRIEME VOIE, de Gurvinder Singh – 1h55

avec Suvinder Vikky, Rajbir Kaur, Gurpreet Kaur Bhangu

Sortie : mercredi 8 juin 2016

Je vote : 3 sur 5

Quezako ?

1984, Pendjab, Inde : c’est l’acmé du mouvement militant séparatiste Sikh. Deux amis Hindous tentent à tout prix d’atteindre Amritsar. Désespérés, ils montent de force dans un train vide en direction de la ville. Sur le chemin, l’un d’eux se remémore une nuit terrible : un soir où il avait perdu son chemin en se rendant au village de sa femme, il rencontra une famille Sikh qui l’aida à retrouver sa route.

photo_hd_06Et alors ?

Le film évoque une situation mal connue : celle de la crise du Pendjab en Inde, en 1984, marquée par les actions des militants séparatistes sikh, la répression du gouvernement d’Indira Gandhi – on a parlé de 5 PRESS KIT.cdr000 tués – et son assassinat en octobre de la même année par ses deux gardes du corps sikhs.

Sous une forme romancée, le cinéaste utilise cette crise comme toile de fond de son histoire. Dans le roman qui l’a inspiré, les personnages sont perdus et ne savent quelle direction prendre alors que certaines directions leur sont interdites. Un récit qui peut ressembler à  un thriller métaphysique. « C’est un film plein de suspense et de peur. On pourrait presque dire que c’est un thriller même si ça n’en est pas tout à fait un car il n’essaie pas de vous manipuler », dit-il.

Venant de l’univers du documentaire, Gurvinder Singh a opté pour un casting d’acteurs non professionnels afin de conférer à son film un grand réalisme. « J’aime leur côté brut et je ne cherche pas du tout à les « dégrossir ». Je veux des acteurs qui se rapprochent des personnages mais pas nécessairement qui le deviennent. Si je leur demande de devenir quelqu’un d’autre, ils n’en seront pas capables parce que ce sont des non-professionnels. Et le film serait un échec total !« .

photo_hd_05Avec la volonté d’un éclairage proche de celui du théâtre qui confère à bien des scènes un côté intime, plonge le spectateur au plus près des protagonistes, Gurvinder Singh signe une réalisation qui a la beauté de certaines toiles abstraites. Mais, même si le drame est vécu à travers le regard d’une famille, son récit est trop distant, et s’étire trop sur la longueur pour tenir le spectateur concerné par une des parenthèses violentes que l’Inde a connue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s