Un mélo social des familles

Avec D’une pierre deux coups, l’actrice Fejria Deliba, qui signe ici son premier film, s’attaque à un mélo social dans la lignée de Fatima. A découvrir le 20 avril sur grand écran.

L’histoire a la simplicité qui fait les mélos. Résumé : Zayane a 75 ans. Depuis son arrivée en France, elle n’a jamais dépassé les frontières de sa cité. Un jour elle reçoit une lettre lui annonçant le décès d’un homme qu’elle a connu, autrefois, en Algérie. Le temps d’une journée, elle part récupérer une boite que le défunt lui a légué. Pendant son absence, ses onze enfants se réunissent dans son appartement et découvrent un pan de la vie de leur mère jusque-là ignoré de tous…

531699

Pour tourner un tel récit, il fallait trouver la personne pour incarner la mère. Milouda Chaqiq a été choisie par la cinéaste après avoir vu une interview d’elle par la journaliste Pascale Clark. Fejria Deliba raconte : « J’ai commencé à l’imaginer dans mon film, je voyais dans son visage quelque chose qui me touchait. Je sentais une grande fragilité sous son apparence de femme forte. Alors je me suis dit : voilà, c’est elle. J’avais trouvé mon héroïne ! Je suis allée la voir chez elle à Epinay avec mon court-métrage, mais je ne lui ai pas donné le scénario car je ne savais pas jusqu’à quel point elle savait lire. Milouda Chaqiq a quitté le Maroc pour venir en France, seule, à cinquante-cinq ans, et a appris à lire en suivant les cours d’alphabétisation… Ce n’est pas rien! J’avais un immense respect pour cette dame, pour son tempérament. » Pour la cinéaste, l’histoire n’a rien de lointaine : sa propre mère était, elle-aussi, analphabète.

532480Cette cousine de la Fatima de Philippe Faucon est au cœur d’un nouveau récit positif sur la banlieue et l’immigration, ce qui nous change pas le temps qui courent.  Pour expliquer le titre de son opus, la cinéaste avance une explication… parmi d’autres : « Si Zayane fait « d’une pierre deux coups », c’est aussi parce qu’en allant régler cette affaire elle permet, par sa disparition, que tous ses enfants, inquiets, se réunissent – ce qui dans les fratries nombreuses n’arrive jamais, ou presque. »

Côté bande originale, c’est le célèbre Orchestre National de Barbès qui mène la danse La cinéaste a travaillé à partir de certaines mélodies et, in fine, les musiciens sont venus composer en studio directement sur les images.

Ce premier film a déjà fait parler de lui : il  a reçu le Prix du Public au Festival Premiers Plans d’Angers 2016. A vous de juger sur pièces…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s