VALERIA GOLINO, MADAME RÊVE

Foto di scena del film

PAR AMOUR, de Giuseppe M. Gaudino – 1h49

Avec Valeria Golino, Massimiliano Gallo et Adriano Giannini

Sortie : mercredi 13 avril 2016

Je vote : 2 sur 5

Quezako ?

L’histoire d’Anna se déroule à Naples.  Anna est une femme fragile. Prisonnière des devoirs familiaux et du rapport fusionnel avec ses trois enfants, désormais grands, elle a laissé sa vitalité s’éteindre lentement. Mais dans son petit monde étriqué, elle rêve d’ailleurs, elle rêve d’amour… L’offre d’un travail stable sur un plateau de télévision en dehors de la maison et la possibilité de se sentir à nouveau aimée, lui donneront des ailes pour enfin voler d’elle même…

Et alors ?

Foto di scena del film

Plongeant son inspiration dans la culture méditerranéenne, ce film évoque avec pas mal de finesse les dérives de cette femme chômeuse qui se bat pour retrouver une dignité face à un mari qui l’étouffe et multiplie les petites combines, notamment l’usure auprès de ses voisins, pour tenter de s’enrichir.

Une fois de plus, Valeria Golino joue parfaitement cette femme qui décide de suivre les battements de son cœur même si la réalité va se révéler encore plus cruelle. L’actrice confie : « On ne peut pas définir Anna… En ce sens, ce rôle a été un pari très risqué pour moi, comme cela l’aurait été pour toute autre actrice d’ailleurs. Car Anna est plein de choses en même temps : ce n’est pas tout à fait une victime, ce n’est pas une gentille ou une méchante, une lle triste ou gaie. Il y a des personnages qui ont un profil très net. Elle non. Il y a mille femmes différentes en elle.  Anna est avant tout un personnage plein de vie : enfant, elle est forte, impertinente, audacieuse, puis, en devenant adulte, elle garde cet esprit enfantin, cette force mais elle ferme les yeux et se refuse à voir ce qui l’entoure vraiment… »

 

Sa prestation impeccable  a d’ailleurs valu à la comédienne la Coupe Volpi de Meilleure actrice au dernier Festival de Venise. Il est vrai, de séquence en séquence, elle parvient à changer de registre, d’incarner aussi bien la femme combattive que celle qui, soudain, se sent redevenir une adolescente amoureuse.C’est ce portrait qui fait la force et le charme de ce récit où un certain nombre de séquences sonnent très juste. Ainsi quand Anna file s’occuper de ses vieux parents, s’occupe de réparer une vitre…

Là où ça devient lourd, et alors même que le cinéaste utilisait fort bien le cadre réaliste de Naples et de sa rade splendide, c’est quand il bascule dans une réalisation baroque avec des effets spéciaux vraiment trop cheap et qui n’apportent rien de plus à l’interprétation très forte de Valeria Golino, fort bien entourée au demeurant par Massimiliano Gallo et Adriano Giannini. Ces coquetteries visuelles pénalisent vraiment le récit et rendent parfois le résultat un brin ringard visuellement.

Foto di scena del film

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s