LA MÉMOIRE DU PÈRE DU CINÉMA PORTUGAIS

VISITES ou MEMOIRES et CONFESSIONS, de Manoel De Oliveira – 1h10

Documentaire

Sortie : mercredi 6 avril 2016

Je vote : 3 sur 5

photo_hd_04 photo_hd_06Quezako ?

En 1982, le célèbre cinéaste portugais signait dans le plus grand secret un film qui ne devait être diffusé qu’après sa mort. Un film autobiographique sur sa vision de la vie, son cinéma, sa vie privée et la maison familiale qu’il a tant aimée et dont il a du se séparer.

Et alors ?

En fait, et alors qu’il pensait sans doute faire un film-testament, Manoel de Oliveira a encore beaucoup tourné avant sa mort, en avril 2015, à 106 ans ! C’est dire que ce film est surtout étonnant parce qu’un cinéaste de la génération de Oliveira n’est pas très porté sur la confession intime. Et qu’on pouvait penser qu’il avait tout dit ou presque dans une œuvre prolifique.

Il n’y a pas de « révélations » dans ces images mais plutôt l’émotion de voir un tel homme pudique, nourri des poètes comme Pessoa,  raconter avec bien des détails ce qui a construit sa vie ; notamment son goût pour les maisons – celle dont il doit se séparer à Porto et qui a compté beaucoup dans sa vie –  comme celle de la famille de son épouse. Un sentiment universel que l’on peut partager sans être un artiste.« Je ne connaissais pas tous les détails biographiques de sa vie, mais les faits relatés dans le film étaient photo_hd_05connus de beaucoup, y compris l’épisode de la prison. Oliveira en avait déjà parlé. il n’y a pas de vraie révélation dans le lm. Ce qui est nouveau cependant, c’est bien sûr cette manière de se mettre en scène et de dire les choses de manière directe. si l’on a pu lire ou entendre jusqu’à présent des explications sur sa vision du monde et sur son œuvre, c’est aujourd’hui lui qui les exprime face caméra. lorsqu’il parle des femmes, de la religion, des photo_hd_03actrices, il en parle de manière directe, très honnête et très vraie » raconte José Manuel Costa, directeur de la Cinémathèque portugaise et qui connaissait bien sûr l’existence de ce film.

Il y a donc de l’émotion quand le cinéaste évoque sa famille ou film son épouse dans son jardin magnifique qui raconte comment elle a vécu avec un tel artiste, obsédé par son art. Un document qui en déroutera, voire peut ennuyer certains, mais qui apporte une pierre de plus à  l’appréhension de l’œuvre du cinéaste portugais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s