QUAND ROCKY PASSE LE RELAI

CREED – L’HERITAGE DE ROCKY BALBOA, de Ryan Coogler- 2h12

avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson

Sortie : mercredi 13 janvier 2016

Je vote : 3 sur 5

Creed06516.dngQuezako ?

Adonis Johnson n’a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang . Décidant d’être entraîné par le meilleur de sa catégorie, il file  à Philadelphie retrouver la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois : il lui demande de devenir son entraîneur. D’abord réticent, l’ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…

Et alors ?

CREEDEn forme de spin-off de la saga de Rocky, ce film centré sur les aventures du rejeton d’Apollo Creed, est une bonne surprise car il évite bien des pièges du genre, malgré certaines longueurs et un côté bien pensant, typique d’un certain cinéma américain. On sent chez Ryan Googler une vraie dévotion pour le héros musclé. Il le dit d’ailleurs sans ambages : « J’ai grandi en regardant les films de « Rocky » avec mon père, c’était notre passion commune. Rocky est un personnage auquel les spectateurs s’identifient, qu’il s’agisse des fans de cinéma d’action ou de drames, des incurables romantiques et même des simples cinéphiles : tout le monde aime cette saga car tout le monde s’y projette ».

Creed13487.dngLe scénario offre quelques astuces pour permettre à Sylvester Stallone de ne pas raccrocher les gants, tout en se battant contre un autre ennemi, plus sournois : le temps qui passe et apporte son lot de pépins de santé. La présence discrète de l’amoureuse d’Adonis, une jeune chanteuse qui souffre de problèmes auditifs, apporte la touche amoureuse qui donne un élément de plus à la structure narrative et peut toucher un public plus large que les fans de musculatures survitaminées. Et puis, il y a le recours à quelques bons vieux intermèdes mélos qui fonctionnent bien et il faudrait avoir un cœur de pierre pour ne pas être ému à retrouvant Rocky fidèle à sa chaise et à son cimetière où il vient, rose à la main, se recueillir sur la tombe d’Adrian.Quant à Stallone, le « vieux » lui va bien et, à l’instar d’un Eastwood dans Gran Torino, il sait se glisser avec élégance dans cet ultime round et joue fort bien de sa voix décavée à souhait pour revenir sur ses sempiternelles histoires de boxe dans le restaurant qui ne brille jamais par l’abondance de ses clients. On sent aussi que le courant est passé entre  Stallone et la jeune génération de comédiens, Michael B. Jordan en tête : « J’adore Michael, c’est un acteur formidable. Il s’investit énormément dans son travail. Même après avoir fini une scène et l’avoir mise en boîte, il peut revenir vingt minutes après et dire ‘j’ai pensé à quelque chose d’autre : ça vous dérange qu’on fasse une dernière prise ?’ Et bien évidemment, celle-ci est encore meilleure ». De son côté, Michael B. Jordan  n’est pas en reste : « Honnêtement, je me suis senti proche de lui en tant qu’acteur et d’un point de vue personnel, bien plus que je ne le pensais. Car ce type est une légende, ce qui peut être intimidant. Mais c’est quelqu’un de vraiment sincère. »

Creed06467.dng

De la boxe, de la sueur et quelques larmes d’attendrissement : un cocktail qui fonctionne bien dans cet opus qui aurait pu être celui de trop mais ne l’est pas…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s