MORETTI DIT TOUT SUR SA MÈRE

392820Très remarqué au dernier Festival de Cannes, Mia madre, nouvel opus de Nanni Moretti plonge une fois encore dans le récit autobiographique inspiré de la vie du cinéaste. Et qui ne peut que toucher. Sortie le 2 décembre sur les écrans.

Depuis ses premiers films, Nanni Moretti n’en finit plus de nous faire découvrir les feuilles de son journal intime. En 1993, dans le film du même nom, il sillonnait les rues de Rome sur sa Vespa et dévoilé qu’il avait été atteinte de la maladie de Hodgkin. En 2001 – le film lui avait valu la Palme d’or- il s’interrogeait dans La Chambre du fils, sur les angoisses de la paternité et qui était déjà une histoire de deuil. .. Et dans Le Caïman, il ironisait de belle manière sur Berlusconi, considéré comme un fossoyeur de la société italienne. Il revient aujourd’hui avec un sujet des plus intimes en mêlant deux récits : celui de Margherita, une réalisatrice qui subit les caprices à répétition de la star de son nouveau film, et doit faire face avec son frère à l’hospitalisation de sa 403289mère, qui n’en a plus pour longtemps à vivre. Confidences du cinéaste : « Maman est tombée malade durant les prises de vue d' »Habemus papam » (2011). J’ai couché sur le papier les pensées qui m’animaient à ce moment-là, pour me libérer d’un poids. La première ébauche de mon scénario. J’avais besoin de dire la vérité sur la situation à laquelle j’étais confronté. Je me trouvais en plein montage quand elle est décédée. Annoncer la nouvelle à mon fils a été terrible. J’ai reproduit la scène dans « Mia Madre ». Sur un plateau, je parviens toujours à compartimenter, à laisser mes sentiments. Pas cette fois. »

Si le comédien a retrouvé des comédiens qui sont familiers de son univers comme l’excellente Margherita Buy, il n’hésite jamais à faire appel à des acteurs internationaux. Après Michel Piccoli dans Habemus Papam, il a cette fois jeté son dévolu sur John Turturro qui apporte un grain de folie sur le plateau. Un comédien qui, de par ses origines parle un peu l’italien et qui a aussi signé un documentaire sur la musique napolitaine, Passione. »J‘aime son esprit décalé, note Moretti. Il ne se prend pas au sérieux. Il improvisait tellement que je devais lui tenir tête pour avoir le dernier mot. »

Pour l’anecdote, Nanni Moretti a fait dire à Margherita Buy en plein tournage : « Je veux voir l’acteur à côté du personnage ». Et qui ajoute : « Je ne sais pas si les acteurs la comprennent, mais à la fin, j’arrive à obtenir ce que j’avais en tête. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s