UNE MÉMOIRE POUR LE LIBAN

HERITAGES, de Philippe Aractingi – 1h36

Documentaire

Sortie : mercredi 28 octobre 2015

Je vote : 3 sur 5

Quezako ?

En fuyant une nouvelle fois le Liban en juillet 2006, le réalisateur Philippe Aractingi prend conscience que, comme lui, ses ancêtres fuient depuis cinq générations les guerres et les
massacres. Dans une fresque où se croisent, avec légèreté, photos, archives et mise en scène
ludique où il intègre ses enfants, il entreprend le récit des pérégrinations de sa famille à
travers le Levant.

HERITAGES - 2 HERITAGES - 3 HERITAGES - 4 HERITAGES - 5Et alors ?

Avec un sens de conteur oriental et en prenant soin de ne jamais verser dans le pathos , Philippe Aractingi signe, à l’aide de documents très personnels et d’images d’archives, un film sur le mémoire, l’exil et la transmission. Il revient sur la vie de sa famille dans un Liban déchiré par les guerres avec une espèce d’absolue nécessité. Il commente : « J’avais besoin de raconter ce départ hâtif en bateau militaire vers la France. Cette guerre et par la suite, cet « arrachement » pressant soulevaient en moi du sentiment de déjà-vu, où plusieurs histoires semblaient faire écho, celles d’autres familles migrantes d’origine algérienne, polonaise, italienne avaient vécu des moments semblables. Tous ces gens qui me racontaient leurs propres histoires m’ont donné envie de continuer à raconter la mienne. »

Tourné sur une longue période – quatre ans- œuvre collective et familiale (sa femme Diana est aussi sa complice sur le doc), ce doc montre bien comment le Liban a connu, suite à la fin de l’Empire ottoman et aux décisions politiques françaises et anglaises, une situation chaotique, qui est la source de bien des conflits.

Si les documents familiaux – les photos un peu trop artificiellement animées et redondantes – ne sont pas toujours nécessaires, la présence des enfants du cinéaste, des parents donnent une force indéniable à ce témoignage de la vie d’exil d’une famille de chrétiens libanais. Et ce qui est plus étonnant encore c’est de voir comment Philippe Aractingi parvient à raconter des séquences dures de son parcours sans se départir d’un humour certain.

Au Liban, son film a reçu un HERITAGES - 1écho certain comme il le raconte : « Lorsque ce film est sorti au Liban, j’avais peur des réactions du public au côté « personnel » du film. En fait, ce fut totalement l’inverse. L’identification était totale. De nombreuses personnes étaient littéralement « bouleversées » par le film, et des parents ont utilisé « Héritages » pour raconter leur propre passé à leurs enfants. »

Une chose est sûre : ce travail de mémoire vaut l’arrêt sur images tant il offre un bel équilibre entre l’émotion et l’analyse plus distancié d’une blessure familiale profonde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s