SAINT DENIS : ENTRE RAP ET FICTION

585315BROOKLYN, de Pascal Tessaud – 1H23

Avec KT Gorique, Rafal Uchiwa, Jalil Naciri

Sortie : mercredi 23 septembre 2015

Je vote : 3 sur 5

Quezako ?

Jeune rappeuse suisse de 22 ans se produisant sous le nom de Brooklyn, Coralie quitte son pays  pour s’installer à Paris. Logée chez Odette, une retraitée, elle trouve un petit job dans une association musicale de Saint-Denis, en banlieue parisienne. Lors d’une soirée slam, elle est poussée sur scène par l’un des animateurs. D’abord hésitante, elle conquiert son public et tape Capture d’écran 2015-08-07 à 23.36.45dans l’œil d’Issa, jeune rappeur, l’étoile montante de la ville…

Et alors ?

On peut ne pas être aficionado de rap et être pourtant touché par ce film entre fiction et documentaire qui nous plonge dans le petit monde vivant de Saint-Denis avec le dynamisme de ses groupes musicaux. Confidences du cinéaste : « Les documentaires sur des villes comme celle-ci n’ont généralement qu’un axe sociétal, ne s’attardent que sur une vision de la misère avec une image souvent pauvre. La fiction permet d’aller vers l’intime, l’esthétique, le western. Je suis influencé par des cinéastes tels Spike Lee ou Marc Levin, qui savent incarner les zones périphériques avec esthétisme sans pour autant tomber dans du misérabilisme. J’ai voulu inscrire ma fiction dans une réalité documentaire au coeur d’une population qu’on voit très peu au cinéma de façon authentique. Et j’avais une très forte envie de faire du cinéma avec mes amis de Saint-Denis. Il y a eu beaucoup de documentaires sur ce mouvement, pourquoi pas plus de fictions ? »

En suivant le parcours créatif d’une rappeuse venue de Suisse, Pascal Tessaud choisit une voie originale tout en signant un récit tout à fait crédible sur ce petit monde musical où les rivalités peuvent jaillir derrière un climat a priori fraternel et ouvert.  En tablant sur des acteurs pour la plupart non professionnels, avec lesquels il a organisé un workshop à Saint-Denis, il parvient à créer une espèce de troupe de théâtre qui s’est mis au service de son histoire.

Avec la présence de comédiens solides comme Jalil Naciri qui campe Yazid, responsable de l’association de rap, et Liliane Rovere, qui fait une composition savoureuse d’Odette, cette retraitée qui ne vit pas repliée sur elle, mais reste ouverte à cette jeunesse pleine de vie.  Cela donne des séquences très justes – notamment quand elles se retrouvent pour le dîner quotidien dans son appartement –  avec KT Gorique, la jeune artiste de Hip Hop qui réussit son premier passage au cinéma et joue avec une vraie fraîcheur.

Capture d’écran 2015-08-07 à 23.36.59

Loin des images caricaturales de banlieue au cinéma, ou frappée de sinistrose, ce film a un immense mérite : celui de montrer le potentiel qui peut exister dans ces marges de la société.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s