L’AUTRE VISAGE DE L’AMERIQUE

018035HOWARD ZINN, UNE HISTOIRE POPULAIRE AMÉRICAINE, d’Oliver Azam et Daniel Mermet – 1h46 – Documentaire

Sortie : mercredi 29 avril 2015

Je vote : 3 sur 5

Quezako ?

Avec l’énorme succès de son livre « Une histoire populaire des Etats-Unis », Howard Zinn a changé le regard des Américains sur eux-mêmes. Zinn parle de ceux qui ne parlent pas dans l’histoire officielle, les esclaves, les Indiens, les déserteurs, les ouvrières du textile, les syndicalistes et tous les inaperçus en lutte pour briser leurs chaînes.220px-Howard_Zinn

Et alors ?

Avec Du pain et des roses, voilà le premier long métrage d’une trilogie qui va parcourir l’histoire populaire des Etats-Unis, de Christophe Colomb à nos jours. Coup d’envoi avec ce portrait d’Howard Zinn qui a consacré toute sa vie – il est mort le 27 janvier 2010 – à étudier les marges de l’histoire américaine. Formé à la lutte des classes dans les rues de New York, ouvrier d’un chantier naval, Zinn s’est engagé comme bombardier dans l’US Air Force pour lutter contre le fascisme en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, avant  de se lancer dans des études universitaires d’histoire, dans le climat pesant du maccarthysme d’après-guerre et de porter un regard différent sur la société américaine. Zinn qui témoigne tout au long du film et dit notamment : « L’idée de lutte de classe, de conscience de classe, n’a jamais été reconnu aux Etats-Unis parce que les classes dominantes justement, les médias, les politiques, ont toujours fait en sorte d’entretenir l’idée de « Nous, le peuple américain », comme si nous étions une grande et belle famille, comme si nous étions ceux qui avaient écrit le préambule de la constitution, « Nous » le peuple d’Amérique. Sans admettre et sans reconnaître que ce « Nous » qui avait écrit le préambule de la Constitution était en fait 55 riches notables, blancs.« 


19243463Nourri de plusieurs témoignages, notamment celui d’un autre rebelle et théoricien du langage, et ami proche de Zinn, Noam Chomsky (ci-contre), ce documentaire est passionnant quand  il donne la parole à Howard Zinn, un homme qui n’a jamais oublié ses origines et développe des idées parfois iconoclastes sans se départir d’un vrai humour. Il est aussi incontournable car il fait surgir des histoires peu connues comme celles du 1er mai ou quand, il évoque, chansons et photos à l’appui, le travail terrible des enfants au début du siècle dernier. Ce qui est nettement moins réussi, ce sont les animations qui parsèment le récit, y compris celle où Daniel Mermet se met en scène et qui n’apportent pas vraiment du neuf à ce témoignage fort, hors celui de pallier l’absence de certains documents.

Malgré tout, ce documentaire a le mérite de populariser l’approche très singulière de cet historien pas comme les autres. Le succès public de ce premier volet déterminera au demeurant la suite de la trilogie et son financement. Aller le voir est donc tout a fait nécessaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s