UN WESTERN MODERNE

MIMOSAS, d’Oliver Laxe – 1h33

Avec Ahmed Hammoud, Mohamed Shakib Ben Omar, Saïd Aagli

Sortie : mercredi 24 août 2016

Je vote : 3 sur 5

Le pitch ?

Une caravane accompagne un cheikh mourant à travers le Haut Atlas marocain. Sa dernière volonté est d’être enterré près des siens. Mais la mort n’attend pas… Craignant la montagne, les caravaniers refusent de transporter le corps. Saïd et Ahmed, deux vauriens voyageant avec la caravane, promettent de porter la dépouille à destination. Mais connaissent-ils le chemin ? Dans un monde parallèle, Shakib est désigné pour partir dans la montagne avec une mission : aider ces caravaniers de fortune.

mimosas_caravane1Pourquoi y aller ?

Incontestablement, ce film a des allures de western moderne même s’il se déroule dans les paysages, assez grandioses au demeurant,  du Haut Atlas marocain. Et il nous raconte cette longue mimosas_ahmed_hammoud2errance d’étranges pèlerins dans des décors déserts et des gorges abruptes. L’astuce d’Oliver Laxe, c’est d’avoir mêlé un récit épique – celui d’une caravane qui traverse les montagnes pleines de périls –  et une quête intérieure de ces voyous dont on n’est pas sûr qu’ils arriveront à bon port. Au demeurant, le cinéaste souligne :   « Devant « Mimosas », on peut aussi tout simplement goûter au seul plaisir de l’aventure, des embuscades…, il n’est pas nécessaire d’aller trop loin. « Mimosas » fait aussi partie de la tradition du roman de chevalerie. La quête du Graal est un archétype qui symbolise la quête de  sens de l’homme dans l’éternité. »

Lire la suite

LA CHAIR EST SINISTRE, HÉLAS !

RESTER VERTICAL, de Alain Guiraudie – 1h40

Avec Damien Bonnard, India Hait, Raphäel Thiéry

Sortie : mercredi 24 août 2016

Je vote : 1 sur 5

Le pitch ?

226717

Léo est à la recherche du loup sur un grand causse de Lozère lorsqu’il rencontre une bergère, Marie. Quelques mois plus tard, ils ont un enfant. En proie au baby blues, et sans aucune confiance en Léo qui s’en va et puis revient sans prévenir, elle les abandonne tous les deux. Léo se retrouve alors avec un bébé sur les bras. C’est compliqué mais au fond, il aime bien ça. Et pendant ce temps, il ne travaille pas beaucoup, il sombre peu à peu dans la misère. C’est la déchéance sociale qui le ramène vers les causses de Lozère et vers le loup.

Et alors ?

Après L’Inconnu du lac, un film dérangeant en diable et très original, Alain Guiraudie avait marqué le grand écran et son dernier film était un des moments attendus du dernier festival de Cannes où il était en compétition. Cette fois, il a construit son histoire autour de la crise d’un jeune couple, et surtout autour des errances de Léo à la recherche de sa compagne qui l’a largué, seul, avec leur bébé. Il a eu l’idée du scénario en s’intéressant au loup. Il avait lu alors que, pour cette bête sauvage, l’homme est un animal vertical, et que cette verticalité lui inspire la prudence, le respect ou la crainte. En Lozère, Alain Guiraudie avait rencontré des gens qui ont entendu dire ça par leurs grands parents : face au loup, il faut rester debout. « J’ai aimé la formule. Elle contient aussi cette dimension politique et programmatique qui m’importe beaucoup. Quant à sa connotation sexuelle, elle n’est évidemment pas pour me déplaire », dit-il. Lire la suite

LA COMÉDIE DE LA VIE, UNE AFFAIRE DE FAMILLE

Oublié du palmarès du dernier Festival de Cannes, Toni Erdmann sort le 17 août. L’occasion de découvrir une étrange histoire qui conjugue émotion, rire et amour.

549450Toni Erdmann offre une double occasion : celle de redécouvrir l’univers de Maren Ade, 39 ans, déjà remarquée par Everyone Else. Et celle d’apprécier le jeu de Sandra Hüller dont beaucoup ont considéré qu’il était scandaleux qu’elle ne figurât point au palmarès du dernier Festival de Cannes. L’histoire ? Amateur de blaques, Winfried arrive à l’improviste à Bucarest pour rendre visite à sa fille Ines qui vit et respire pour son job : elle est conseillère en restructuration d’entreprises. Pour lui donner une leçon de vie, ce sexagénaire se déguise en Toni Erdmann, un bonhomme aussi extravagant que sa fille est coincée. Bref, c’est l’histoire d’un père qui vient réenchanter le quotidien de sa fille…

En 2h42, Maren Ade donne une autre image d’un cinéma allemand d’ordinaire plus austère en offrant une comédie bourrée d’humour qui a suscité bien des applaudissements en direct durant sa projection au dernier Festival de Cannes. Et lui permet, par le rire, de donner un nouveau souffle à une histoire vieille comme le monde. Elle dit : « La famille est une scène de théâtre où chacun jour son rôle selon des règles immémoriales. Qu’on ne peut espérer changer qu’en 514918s’affrontant. »

Très minutieuse, Maren Ade a mis six ans pour peaufiner son scénario, et fait bien des voyages pour Bucarest pour s’imprégner de l’atmosphère roumaine et d’un cinéma qu’elle aime. L’idée du voyage est un atout de plus, à ses yeux, dans son scénario. Elle poursuit : « Le fait que Winfried et Ines se retrouvent loin de chez eux donne une ampleur supplémentaire à leur conflit relationnel. Alors qu’elle pense avoir rompu avec ce qui la rattache à son pays natal, tout chez elle rappelle qu’elle est allemande. Notamment sa manière de s’habiller : elle a besoin de ressembler à un homme pour s’imposer dans la hiérarchie, alors qu’en Roumanie et en France, on peut occuper un poste de pouvoir tout en étant féminine et sexy. » Lire la suite

UN TRAIN D’ENFER

089328Dernier train pour Busan, de Yoo Gong, sur les écrans le 17 août, revisite le cinéma de zombie à belle allure.

Trente-huit ans après Zombie, de George Romero, Yeon Sang-ho fait voyager les zombies à belle allure dans un TGV sud-coréen. Après Snowpiercer, où un train futuriste mêlait les couches sociales dans un face-à-face terrifiant, Sang-ho montre comment chacun porte en lui un zombie potentiel : une seule morsure pas ses créateurs véloces et déguingandées suffit à vous faire passer 089797de l’autre côté.

En glissant au passage l’histoire d’un père qui se rend compte qu’il est passé à côté de l’éducation de sa fille, Dernier train pour Busan offre un mariage efficace entre le film catastrophe et le film de zombie avec une mise en scène qui évite tous les effets tapageurs à la mode. C’est aussi la suite du film d’animation Seoul Station, déjà mis en scène par le cinéaste. Un opus qui avait été très remarqué au Brussels International Fantastic Film Festival et au Festival International du Film d’Animation 2016. L’occasion aussi de livrer un plaidoyer pour le vivre ensemble en réunissant dans le même train des victimes potentielles venues de toutes les classes sociales.

ÉCLATS DE COUPLE

L’ÉCONOMIE DU COUPLE, de Joachim Lafosse – 1h40

Avec Bérénice Bejo, Cedric Kahn, Marhte Killer, Catherine Salée

Sortie : mercredi 10 août 2016

Je vote : 4 sur 5

DSC03292__c_Fabrizio_MalteseLe pitch ?

Après quinze ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée.À présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. À l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

2 raisons d’y aller ?

L’amour prison. Après À perdre la raison, en 2012, Joachim Lafosse s’attaque aux fêlures du couple à travers un récit original où il raconte une cohabitation forcée malgré une séparation.  Alternant les plans séquences – qui permettent aux comédiens de montrer les nuances de leur DSC03037__c_Fabrizio_Maltesejeu et d’installer une émotion palpable- et les gros plans des visages, exprimant cette douleur de vivre, Joachim Lafosse a pris le parti de jouer sur une économie d’émotions violentes, même si les éclats sont présents au détour d’un dialogue, d’un dîner entre vieux amis qui sont sommés de choisir leur camp. Exempt de tout pathos, le récit touche alors au cœur.

Avec l’argent comme prétexte à la crise permanente. Commentaire du cinéaste : « Dans un couple, l’argent représente ce sur quoi on peut se disputer : il n’en est pas la cause. Ce n’est pas à cause de lui que Boris et Marie n’arrivent plus à s’aimer. Derrière le sujet de discorde qu’il représente, il y a la manière dont l’un est reconnu ou ne l’est pas, celle dont il a envie que l’on reconnaisse ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait. Il n’y a pas d’effort uniquement économique ou financier. Boris et Marie ne parviennent pas à s’entendre sur la manière dont ils auraient à reconnaître ce qu’ils se sont apportés l’un l’autre parce qu’ils n’ont pas eu la lucidité d’aborder concrètement et dès le début l’investissement de chacun dans leur couple. Les bons comptes font aussi les grandes histoires d’amour. »

Lire la suite

MATT DAMON REMET LES GAZ

Jason Bourne (2016) Face à Vincent Cassel, qui campe le méchant, Matt Damon retrouve, le 10, son personnage de Jason Bourne et le réalisateur Paul Greengrass.

Pour ce volet 5 de la sage de Jason Bourne, le voyage est de rigueur car la  traque de Jason Bourne par les services secrets américains se poursuit. Des îles Canaries à Londres en passant par Las Vegas… Longtemps, Matt Damon avati dit qu’il ne rempilerait pas et il a fallu le retour de Paul Greengrass – qui réalisa deux des volets de la saga, La Mort dans la peau et La Vengeance dans la peau – pour qu’il se décide à rempiler. Le cinéaste a pris le parti de mener cette histoire d’espionnage sur un rythme enlevé avec un scénario qui s’inscrit dans la réalité du moment. Le film nous conduit ainsi en Grèce en pleine manif contre l’austérité ou évoque même Snowden. De fait, on voit comment les Américains espionnent aux quatre coins du monde. Pour ce rôle, Matt Damon a subi un solide entraînement physique et s’est remis notamment à la boxe. Il a suivi aussi un entraînement spécifique de musculation. Lire la suite

LA RÉVOLTE DES MÈRES

BAD MOMS, de Jon Lucas et Scott Moore – 1h41

Avec Mila Kunis, Kathryn Hahn, Kristen Bell

Sortie : mercredi 3 août 2016

Je vote : 3 sur 5

Le pitch ?

BAD MOMS

En apparence, Amy a une vie parfaite : un mariage heureux, de beaux enfants et une carrière qui décolle. En réalité, elle se met tellement la pression pour être au top sur tous les fronts, qu’elle est sur le point de craquer. Au bout du rouleau, elle trouve comme alliées deux autres mères épuisées elles aussi par le stress des règles imposées par Gwendoline, la toute puissante présidente des parents d’élèves. Ces trois nouvelles meilleures amies se lancent dans une folle virée en quête de fun et de détente, loin de leurs responsabilités conventionnelles de mères de famille. Ce qui a tendance à crisper le clan de Gwendoline et ses mères parfaites…

BAD MOMS

Pourquoi y aller ?

Partenaires d’écriture depuis quinze ans, Jon Lucas et Scott Moore signent, sous le ton de la comédie, un film au final féministe, tant il montre les hommes sous un jour ironique. Au demeurant, les deux réalisateurs ont puisé dans leur vie personnelle pour nourrir leur inspiration : « On écrit chez nous, devant nos ordinateurs. Du coup, on voit nos épouses se démener toute la journée », explique Moore. « Elles courent d’un endroit à l’autre, récupèrent les enfants, préparent à manger, gèrent toute cette tension. C’est un contexte riche en péripéties et propice à la comédie ». Il faut l’avouer, on est presque étonné de voir les réalisateurs de Very Bad Trip signe une telle tribune de défense de ces dames en étrillant joyeusement des mecs souvent un brin infantiles.
Lire la suite